Edith Meusnier, Forêt d'Halatte, avril 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon environnement  forestier est tout à la fois pollué, sur-exploité, cerné par

"les voisins vigilants" et les caméras, ravagé par les chasses à courre et les chasses en 4x4.

 

C'est aussi un cadre vivant en perpétuelle mutation, fait de futaies et de taillis, de ronces et de fougères, d'ombre et de lumière, de bruit et de silence.

 

C'est  le milieu  qui m'enveloppe quotidiennement et que j'expérimente avec tous mes sens en éveil.

 

Mes filets traversent ces paysages imbriqués, les révèlent ou les masquent.

Edith Meusnier, Forêt d'Halatte, août 2017

juillet 2017: les lentilles d'eau ont envahi la forêt.

octobre 2017: la lumière et les couleurs ont changé, mais les lentilles sont toujours là...

Edith Meusnier, LEGER FLOTTEMENT, Forêt d'Halatte,  avril 2017
LEGER FLOTTEMENT, avril 2017
Edith Meusnier, VESTIGE DE L'HIVER, détail 04,  Forêt d'Halatte, février 2017
Edith Meusnier, VESTIGE DE L'HIVER, détail 01,  Forêt d'Halatte, février 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VESTIGE DE L'HIVER

février 2017

 

Dans la lumière tamisée de l'hiver, la forêt est sans fard.

Les arbres se dénudent derrière de légers paravents et se profilent en lignes contrastées, sur un fond de couleurs sourdes.

Edith Meusnier,  Forêt d'Halatte, novembre 2016
Edith Meusnier, GRISERIE   Forêt d'Halatte,  octobre 2016
GRISERIE Forêt d'Halatte, octobre 2016
Edith Meusnier, GRISERIE,  Forêt d'Halatte, octobre 2016
Edith Meusnier, VIBRATO,  Forêt d'Halatte, juillet 2016
VIBRATO, juillet 2016

IMPRESSIONS d'HALATTE   2015-2016

Edith Meusnier,  IMPRESSION d'HALATTE,  septembre 2015